A propos | Gilbert Cotteau
Go to the top

A propos

photo Gilbert site

Toute sa vie, Gilbert Cotteau observe pour agir. Ou plutôt pour réagir aux souffrances qu’il voit et qu’il juge insupportables. Des rencontres vives ou livresques, orientent ou éclairent au fil des décennies les étapes de son action concrète et de son questionnement quant au sens à lui donner. Action et méditation sont en effet indissociables chez ce réalisateur engagé dans une succession d’innovations à finalité sociale durant plus d’un demi-siècle.

Toujours à l’affût de ce qui se passe autour de lui, toujours scandalisé par les iniquités, toujours blessé par les épreuves infligées (notamment aux enfants) par l’insanité humaine, il veut au moins les alléger par l’ouverture de voies inédites. C’est le sens de son parcours : proposer des pistes, les expérimenter, puis les faire connaître : sa façon de dénoncer l’inacceptable, en incarnant son antidote dans des engagements de personnes. Imaginatif, il conçoit ; ou, attentif, il glane dans l’air du temps des idées qu’il façonne en réponses pragmatiques adaptées aux problématiques du moment.

Il insiste sur son rôle de catalyseur qui impulse en s’appuyant toujours sur d’autres, beaucoup d’autres. Il fait appel à des talents singuliers : ceux du technicien qui modélise la téléalarme, de l’ingénieur qui élabore des procédés d’habitat bio-climatique, des publicitaires qui aident à formuler ses constats, des chefs de projets qui testent et parachèvent, des gestionnaires qui organisent et comptent, des mécènes qui font confiance, et d’autres encore qui concourent avec passion à la concrétisation d’idées créatrices de mieux-être.

Il estime ainsi que sa mission est d’être « celui qui contribue à créer des passerelles entre ceux qui souffrent et ceux qui soulagent, ceux qui ont une idée et ceux qui la concrétisent, ceux qui bâtissent des cathédrales et ceux qui leur apportent des pierres ». Un constructeur de passerelles qui a énormément travaillé, beaucoup voyagé, constamment plaidé, et abondamment convaincu.

par Catherine Enjolet, écrivaine